CRT : Récit en provenance du Vigan


(Photo lors de la Reco)

Mais où étaient les étoiles?

Bien cachées derrière les nuages qui nous ont accompagné tout au long de
cette journée de courses au Vigan.
Les plus téméraires de la journée ont pris le départ à 8h sous la pluie
pour une belle balade de 82km (le parcours ayant été raccourci à cause
de la météo). Je me suis élancé avec quelques 300 courageux à midi,
toujours sous la pluie, mais la fanfare nous donnait le rythme pour
démarrer ce magnifique parcours de 62km. Dès le départ ça grimpe fort,
la journée va être longue, mais la préparation s'est bien déroulée, les
sensations sont bonnes et malgré le mauvais temps, le moral est à bloc!
Quelques km plus loin un presque rayon de soleil nous laisse espérer que
les éléments seront finalement avec nous, mais l'embellie est de bien
courte durée...
Les petits cours d'eau que nous avions facilement enjambés lors de la
reconnaissance un mois plus tôt sont maintenant des torrents. Pas le
choix, faudra se mouiller les pieds! Au dessus du col de Mouzoules,
c'est cette fois le vent qui nous attend, et il a décidé de souffler
fort! La descente est boueuse, donc prudence, c'est pas le moment de se
faire une cheville.
Premier ravito à Arre, et c'est reparti avec Stéphane, Marc et Nadine
pour la montée sur le causse, où nous rattrapons Thierry et Thomas,
engagés sur le 82km. En haut, ce sont vent, pluie, froid et longs faux
plats qui nous attendent, et je suis bien content de courir aux côtés de
Nadine car même sans trop parler, le soutiens est là. Et on avance
plutôt pas mal il me semble, on rattrape du monde.
La soupe chaude du ravito de Calo Rouge me fait le plus grand bien,
ainsi que les encouragements d'Aline et Céline, merci! Les doigts sont
gelés, je suis trempé, mais toujours déterminé. La température remonte
un peu en descendant vers le moulin de la Foux à la résurgence de la
Vis, et je continue à remonter des coureurs. Je rattrape Nadine un peu
plus loin et c'est ensemble que nous affrontons la rude montée vers
Blandas depuis Navacelles, un vrai mur! A la faveur d'une éclaircie, le
soleil couchant nous offre de magnifiques vues sur le cirque, ça valait
le coup de venir!
La nuit tombe sur le causse de Blandas, je me retrouve seul pour la
première fois de la course et ça devient dur. Plus dans la tête que dans
les jambes en fait. Je marche un bon moment, j'en profite pour reprendre
des forces, il reste 15 bornes et une belle montée encore.
Au ravito de Bez c'est Stéphane qui me rattrape et on repart ensemble.
Il en a marre, il veut rentrer, et ça se voit! Il imprime un bon rythme
dans la montée vers Esparon, et l'on double du monde vers le sommet et
dans le début de la descente.
Il reste 4km de plat et je sens qu'il est possible d'accrocher les 9h30.
Je pensais ne plus avoir de jambes mais elles répondent encore, alors
c'est parti! Ce n'est qu'un petit 10/11 à l'heure mais ça suffit pour
gagner encore quelques places. L'arrivée était en montée, je crois que
je ne l'ai même pas senti, tellement j'étais heureux. Je suis certes à
plus de 3h du vainqueur du jour mais pour moi c'est une sacré victoire,
et je passe la ligne en levant les bras, c'est fait !!
Et la voilà mon étoile, un petit trophée tout simple qui me rappellera
toujours cette première sur 60km!
On est seul dans l'effort, mais cette réussite n'aurait pas été possible
tout seul. Un grand merci à toutes celles et ceux qui m'ont encouragé,
conseillé, qui ont partagé les longues sorties hivernales, qui ont
dissipé les doutes, partagé un petit bout de chemin. Merci à tous les
joyeux fous du SMA!

Vincent